My Little Princess

AVANT PROPOS : ON NE PEUT S’EMPÊCHER DE REFRIMER : THE TREE OF LIFE (PREMIERE BANDE ANNONCE DE TOUTE L’HISTOIRE DU CINEMA A CITER STANDARD – AVEC LE MONDE ET STUDIO CINE LIVE) A REMPORTE LA PALME D’OR HIER SOIR. MERCI TERRENCE MALICK. POUR CE FILM MULTIUNIVERS.

Peut-on être trop précoce ? C’est l’une des questions posées dans My Little Princess, le premier long-métrage de Eva Ionesco, en projection à Cannes demain. Violetta (la spectaculaire Anamaria Vartolomei) est une fille de 12 ans qui, après avoir passé une enfance chez sa grand-mère roumaine, voit réapparaître sa mère. Celle-ci, Hannah (Isabelle Huppert), est une bohème capricieuse, photographe aux images risquées, dont sa petite Violetta va bientôt devenir le principal modèle et découvrir que le glamour peut avoir un caractère très sombre…

Ok, l’intrigue paraît pathos, mais la sensationnelle mise-en-scène 70s, la bande originale du patron de la pop française et du label Tricatel, Bertrand Burgalat et l’inoubliable cameo pédophilique de Jethro Cave (le fils lugubre de Nick) de My Little Princess réussissent à en faire une fable à la fois vraiment sinistre et très, très chic (des Standardistes font des apparitions dans certaines scènes, saurez-vous les reconnaître ?). Comme nous, qui avons pu le voir en avant-avant-première, allez le voir précocement.

En salles à partir du 29 juin

My_Little_Princess_Eva_Ionesco