JEUDI 5 SEPTEMBRE 
J’étais l’histrion aux yeux bleus, le couillonnaud qui fait rire.” Ainsi se résume, si modestement, le très grand Pierre Richard dans le dernier numéro de la revue Schnock, au cours d’une longue interview qui me pousse à lui consacrer la première heure de ce programme, piochant dans ses souvenirs de tournage, entre éclaboussures de bolognaise, cheveux teints en noir inutilement et parties de jambes en l’air avec Gainsbourg. Pour la seconde heure, c’est la rentrée des auditeurs, qui m’ont envoyé des extraits allant d’Henri Michaux à Abd Al Malik, en passant par Cyrano de Bergerac. Ce n’est pas avoir du nez, non, c’est franchir un cap. 
22h10_ Pierre Richard, Je suis un anarchiste.
 
22h25_ Jérémie Imbert, Les meilleurs de Pierre.
 
22h40_ Pierre Richard, Serge m’a fait picoler.
 
23h00_ Antonin Artaud lu par lui-même,  J’ai appris hier.
 
23h10_ Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac
 
23h25_ Henri Michaux, La Ralentie.
 
23h40_ Abd Al Malik, La guerre des banlieues n’aura pas lieu.