JEUDI 21 MARS

Il s’imagine nu, mis en cage et chassé par des femmes en pleine forêt en compagnie de trois de ses doubles, mais aussi ficelé-empaqueté par une Chinoise qui s’apprête à le vendre comme un vieux nem. Dans ses livres on peut le voir découpant la tête d’une copine juste avant de dîner avec ses parents, laissant libre cours libre cours à l’expression de ses pulsions les plus machos phallocrates obsédées, comme à l’expression de ses angoisses prenant souvent la forme de cauchemars survenant suite à l’ingestion d’une fondue galloise. Il porte la barbe drue, vit à Rennes et écrit et dessine lui-même ces histoires, dans lesquelles il semble en outre s’interroger sur la santé de nos dieux, il, c’est David Sourdrille, l’auteur de la BD Les Idoles malades, que je recevrai ce soir pour une sorte de carte blanche. Pour mieux comprendre son univers, David viendra nous lire à partir de 23h quelques-uns de ses auteurs de chevet, dont John Fante et un écrivain-dessinateur polonais des années 30, Bruno Schulz.

22h10_ Jackie Kay, Poussière rouge.
22h25_ Philippe Katerine, Doublez votre mémoire.
22h40_Boris Vian, Je mourrai d’un cancer de la colonne vertébrale.
23h00_ David Sourdrille, Les Idoles malades.
23h10_ Robert Crumb lu par David Sourdrille, Nausea.
23h25_ John Fante lu par David Sourdrille, La Route de Los Angeles.

23h40_ Bruno Schulz lu par David Sourdrille, Le Sanatorium au croque-mort.