Les trois plus gros jeux de 2011 sont programmés depuis le début de l’année pour septembre-octobre, telles d’énormes balises inamovibles autour desquelles la concurrence s’organise et l’agenda de sortie des autres titres du marché se décide.
Deus Ex: Human Revolution, Gears of War 3 et Batman: Arkham City. Trois des plus beaux, plus achalandés et plus attendus que les autres, auxquels il convient d’ajouter la Sainte Trinité des casseurs de baraque de Noël : Uncharted 3, Modern Warfare 3 et Battlefield 3 (et sans doute aussi Skyrim).

Question : qu’a-t-on fait de notre année vidéoludique à part attendre ces jeux-là ?

2011 ne fut pas un mauvais cru, au contraire (Portal 2 peut encore tous se les faire en combat singulier), mais la sensation que le marché se resserre de plus en plus sur une poignée de valeurs sûres en face desquelles plus rien ne peut exister, s’intensifie. La preuve ? Les titres en question sont tous des suites/prequels de hits historiques, de grosses machines de guerre qui ont vu leur budget doubler d’un épisode à l’autre. Les huit mois qui viennent de s’écouler, rythmés par L.A. Noire et quelques sorties de taille « moyenne », s’apparentent ainsi à de longs préparatoires en vue du débarquement de ses Majestés ; ce qui n’est pas très rassurant pour la santé de l’industrie et sa capacité à déployer ses ailes. Un peu comme en cinéma où, cette année, The Tree of Life de Terrence Malick a été l’arbre colossal qui cache une forêt ratiboisée. Un « surfilm », à côté duquel le reste de la production dut se résoudre à planer trente mille pieds plus bas. Le marché se resserre, les « surjeux » prospèrent.

par François Grelet & Benjamin Rozovas

Retrouvez cet article et toute la rubrique “Players” dans notre numéro en kiosque.

Gears of War 3 (Epic / Microsoft) – Xbox 360

Deus Ex: Human Revolution (Square Enix) – Xbox 360PlayStation 3 / Windows

Batman: Arkham City (Rocksteady / WB) – Xbox 360 / PlayStation 3 / Windows