Danse glacée à Brooklyn

Xeno & Oaklander : dance-friendly en mouffles

Xeno & Oaklander

La minimal wave et autre pop synthétique obscure des eighties est revenue ces cinq dernières années avec une telle force-fraîcheur (succès des compilations Mannequin) qu’on oublierait presque qu’il s’agit d’un revival. Incarnation fertile de cette renaissance, le label Wierd a émergé de l’underground new-yorkais pour revivifier ce genre contemporain. Idole incontestée de la maison, gentleman coincé dans ses chemises cintrées, Sean McBride, très admiré en solo (sous le pseudo de « Martial Canterel »), exécute de grands moments d’élégance et de désarroi urbains avec son armada analogique vintage.

L’homme forme aussi avec Liz Wendelbo, ex-photographe de mode un peu vamp et vaporeuse, le tandem Xeno & Oaklander. Sur Sets & Lights, troisième long format, le duo cold tire sa pop-indus vers un terrain dance-friendly, au point de les imaginer comme des Miss Kittin & The Hacker aristos, poudrés derrière la növö-techno sensible de Blue ou Years Before. X&O éveillent de beaux sentiments, telle la candeur retrouvée sous le joug robotique de Autumn’s Edge, la noblesse de l’instrumental Italy, l’oppression de Corrupt ou encore l’évasion de The Staircase. Autant de mini-tubes détachés mais sincères, qui magnifient le langage des machines d’hier pour mieux dire la mélancolie d’aujourd’hui.

Par Thomas Corlin

Retrouver cet article dans notre numéro en kiosques

Xeno & Oaklander cover

Sets & Lights (Wierd)