Plus que trois soirs pour aller voir Bodies in The Cellar de Vincent Thomasset à La Ménagerie de verre.
Vincent Thomasset-menagerie-de-verre bodies in the cellar Ilanit-Illouz

© Ilanit Illouz

Boisé et minimal, l’espace déjeuner donne faim à la Ménagerie de Verre. Mais c’est surtout pour ses créations contemporaines variées qu’on s’y rend. L’espace pluridisciplinaire soutient chorégraphes, performers, vidéastes, plasticiens… grâce à des résidences, les Studiolabs, et accueille leurs spectacles. C’est le cas de Vincent Thomasset, qui présentera dans le cadre du festival Etrange Cargo Bodies in The Cellar : « La réécriture, pour la scène du film Arsenic et vieilles dentelles de Frank Capra [1944], lui-même adapté d’un mélodrame écrit pour le théâtre par Joseph Kesselring [en 1939]. » A 38 ans, il est l’auteur de « formes reproductibles » pour la scène, dont Serendipity, « pièce » en quatre volets, dont les deux premiers ont été créés pour le festival Artdanthé au théâtre de Vanves, où sera d’ailleurs joué Bodies in The Cellar, le 17 avril – « Une partition pour cinq corps et deux voix sur un plateau nu dont subsiste un seul élément : un coffre dans lequel sont cachés des cadavres. » Allons y enfermer nos corps quelques heures…

Vincent Thomasset
Bodies in The Cellar
Dans le cadre du festival Etrange Cargo
Ménagerie de verre, Paris 11e
Jusqu’au 16 mars