LUNDI 17 DECEMBRE
J-4. A quatre jours seulement de l’apocalypse mondiale, sanglante et impitoyable, je tiens à vous féliciter, chers auditeurs, car je vous trouve d’un flegme tout à fait britannique, d’une sérénité à toute épreuve ; comme si de rien n’était, vous continuez à vous rendre sur votre lieu de travail, à irradier d’amour et de tendresse pour votre entourage, à rester curieux des méandres de la littérature internationale – c’est propre, et je suis fier, plus que jamais, d’être l’un des gardiens du phare. Ce soir, on fuira l’Europe avec Rimbaud pour retourner en Orient “et sa sagesse première et éternelle”, on fera étape dans la ferme africaine de la danoise Karen Blixen, je rappellerai l’origine charcutière du mot « spam », Ray Bradbury fera le cauchemar d’un monde sans livres et Don Quichotte entendra des bruits dans la nuit. Il y a quelqu’un ?
22h10_ Arthur Rimbaud, Une Saison en enfer (« Je quitte l’Europe. »).
22h25_ Bayon, Le Lycéen.
22h40_ Titiou Lecoq & Diane Lisarelli, Encyclopédie de la webculture (« le spam. »).
23h00_ Marc Wiltz, Le Tour du monde en 80 livres (« Karen Blixen. »).
23h10_ Bertrand Vergely, Retour à l’émerveillement.
23h25_ Jean Starobinski, L’Encre de la Mélancolie (« Don Quichotte. »).
23h40_ Ray Bradbury, Fahrenheit 451.