La collusion entre journalisme et politique s’est-elle assainie depuis la publication, en 1997, des Nouveaux Chiens de garde, le pamphlet de Serge Halimi ? Dans l’esprit du Pierre Carles de Fin de Concession (2011), les documentaristes Gilles Balbastre et Yannick Kergoat s’attardent sur les mystérieux dîners du Siècle – raout mensuel à l’Automobile Club de France, place de la Concorde, de ténors politiques, industriels et médiatiques –, dont on voit cette fois tout. Plus qu’une simple mise à jour du livre, Les Nouveaux Chiens de garde s’adapte aussi au journalisme de décryptage : ironie permanente façon Petit journal, et solide documentation à la Arrêt sur images, afin d’étayer leur hypothèse catastrophique, selon laquelle notre quatrième pouvoir est bien, bien mal en point.

Certains conflits d’intérêts sont connus : TF1 propriété de Bouygues, nomination de Christine Ockrent à la tête de l’Audiovisuel extérieur français quand son mari Bernard Kouchner était ministre des Affaires étrangères, entrisme d’Alain Minc, proche de notre Président, sur les plateaux de télé. Mais Balbastre et Kergoat lèvent d’autres lièvres. Entre deux éclats de rire, on tombe de son siège en voyant certains « journalistes » retourner si facilement leur veste : Isabelle Giordano anime de fructueux colloques à la gloire des entreprises mises en ligne de mire dans son ex-émission Service public sur France Inter ; Michel Field troquant sa jeunesse trotskiste contre une prestation d’homme-sandwich pour le groupe Casino…

Les Nouveaux Chiens de garde - OBJECTIVITE

A nos confrères

Le constat d’échec n’est pourtant pas sur l’écran, mais dans la salle. A la sortie de la projection de presse, bon nombre des critiques se demandaient comment traiter le documentaire, la plupart devant leur emploi, de près ou de loin, à des groupes industriels ou des personnalités sévèrement taclés par le film. Une solution s’avance déjà, au vu d’un article déjà paru dans un journal de Lagardère, brocardé par Balbastre et Kergoat : lui reprocher « d’enfoncer des portes ouvertes ». On peut, à l’inverse, estimer qu’il est plus que jamais nécessaire de claironner ces dérives, au moment où la courtisanerie s’affiche en pleine lumière : Etienne Mougeotte, rédacteur en chef du Figaro, et Gérard Carreyrou, éditorialiste à feu France-Soir, ont communiqué sur la création du think tank visant à la réélection de Nicolas Sarkozy, qu’ils dirigent avec Jean-René Fourtou, président de Vivendi, et Michel Pébereau, P.-D.G. de BNP Paribas. La médiacratie s’est substituée à la démocratie.

Par Alex Masson

Les Nouveaux Chiens de garde
De Gilles Balbastre & Yannick Kergoat
En salles

Retrouvez cet article dans la rubrique cinéma de notre nouveau numéro, en kiosque.