Sullom Voe music

On avait découvert Sullom Voe au Centre Pompidou où il clôturait la quatrième édition du festival A Shaded View of Fashion Film en octobre dernier. Il s’agissait de la première représentation du groupe anglais sur une scène parisienne. Dans le petit auditorium de Beaubourg, les chansons du trio – Carson McColl (chant  guitare), de Mohammed Al-Daami (guitare) et de Sébastian Schlecht (violon) – se suivent, portées par la voix haute et puissante de Carson McColl. Les premières, très rythmées, dégagent une réelle énergie alors que les dernières, plus tendues, développent des mélodies raffinées. Au milieu, leur interprétation de Glory box de Portishead apparaît comme une parenthèse un brin décadente.

Les influences celtes, rocks et expérimentales s’entremêlent et sont plus ou moins affirmées, selon les morceaux, par la guitare acoustique ou électrique de Carson McColl. Au côté de la voix, la guitare électrique et le violon s’affirment et, à quelques reprises, portent seuls l’émotion dans de très beaux solos instrumentaux. Le charme : hop ! air ! Sullom Voe nous projette dans un monde mélancolique et tumultueux, aux accents d’un romantisme sombre et flamboyant. Après un EP, Zion, sorti août, on attend avec impatience un premier album début 2012.

par Stéphanie Nègre