Ecrivain noctambule, Frédéric Beigbeder anime deux numéros de son émission Le Cercle en direct de la Croisette.

Quels seraient les mots de Francis Scott Fitzgerald pour décrire l’effervescence cannoise, lui qui était si féru de l’ambiance mondaine de la Côte d’Azur ?
Frédéric Beigbeder : Fitzgerald s’est exprimé de façon pas très aimable sur le cinéma, notamment dans Le Dernier Nabab [1941] et surtout La Fêlure [1936], dans lequel il écrit : « Je compris que le roman, qui à l’époque de ma maturité constituait le support le plus solide et le plus souple pour transmettre émotions et pensées d’un être humain à l’autre était en train de se subordonner à un art mécanique et communautaire incapable, que ce soit aux mains des marchands de Hollywood ou des idéalistes russes, de refléter autre chose que la pensée la plus banale, que l’émotion la plus évidente. » Il est mort à Hollywood, totalement alcoolo, oublié de tous, exploité par des producteurs qui déformaient ses scénarios. De l’hôtel du Cap, L’Eden Roc, il éructerait certainement des insultes sur la mascarade clinquante de ces ploucs qui envahissent un si beau paysage.
Qui d’autre a écrit sur Cannes ?
J’aime beaucoup le roman Super-Cannes de J. G. Ballard [2001], l’auteur de Crash, qui se déroule sur les hauteurs peuplées de bourgeois retraités. Il y a une longue description du festival, assez violente, démontrant l’ambiance hystérique et climatisée de ce vaste cirque – qui demeure pourtant le meilleur festival de cinéma du monde.
La phrase que vous entendez trop souvent à Cannes ?
« Il paraît qu’il y a une soirée mieux ailleurs. » Cannes résume l’insatisfaction contemporaine.
La chose la plus étrange que vous ayez vécu la nuit à Cannes ?
Il m’est arrivé d’être mis à la porte d’une chambre de l’hôtel Martinez sans mes vêtements.
Vous préparez votre premier film, adapté de votre roman L’Amour dure trois ans ?
Plutôt que de l’adapter, j’ai décidé de le trahir, c’est moins ennuyeux. Le tournage commence le 23 mai avec Louise Bourgoin et Gaspard Proust. Ce qui me permettra de répondre à nouveau à cette grande question : est-il possible de rester avec la même personne plus de trois ans ? Je vous le dis à l’avance : c’est non !

Entretien R. G.

Le Cercle, le 13 et 20 mai à 22h30 sur CANAL+CINEMA, rediffusées sur CANAL+ en clair le 14 et le 21 mai à 11H45.