Banksy : Exit through the gift shop / Faites le mur

Début septembre était présenté à Venise I’m still here, vrai-faux documentaire que Casey Affleck a consacré à son beau-frère Joaquin Phoenix, mettant fin à l’intox selon laquelle il stoppait sa carrière pour se reconvertir en rappeur, interrogeant le flou entre image publique et vie privée. Banksy, la star du graff anglais, pousse le bouchon plus loin avec Faites le mur ! Dans cet autre documentaire, il rencontre à Los Angeles un certain Thierry Guetta, réalisateur amateur et fan absolu de graffiti qui veut à tout prix faire un film sur le sujet. Banksy jette un oeil sur ses archives, les trouve nulles et renverse la situation en filmant Guetta devenir « Mr. Brainwash », un graffeur de renom.

Jubilatoire énergie

Malgré une expo triomphante et des dizaines d’articles dans la presse américaine de 2008, Mr. Brainwash existe-il vraiment ? Tout ceci n’estil qu’un gigantesque canular ? Dans le second cas, Banksy serait un épatant émule du Charlie Kaufman d’Adaptation (Spike Jonze, 2002), où un scénariste incapable d’adapter un roman un peu cul-cul avait convaincu ses producteurs de confier le job à un frère jumeau qui n’existait pas. Faites le mur !, lui, questionne le milieu de l’art. Est-ce un attrapecouillons, voire le paradigme de l’éternel remix (Brainwash devenant célèbre en reprenant le motif des boîtes de soupe Campbell d’Andy Warhol) ? Banksy, qui n’a jamais montré son visage, propose une réponse aussi trompe-l’oeil que ses oeuvres murales : une scène montre ses assistants démonter une cabine téléphonique, la customiser, la rapporter et filmer les réactions des passants face au nouvel objet. Le tout dans une jubilatoire énergie. Il n’est jamais question de faire de l’art, mais de s’amuser. Hilarant croisement entre Borat et Christophe Rocancourt, ce Jackass situationniste est un formidable divertissement. Certains continuent de se demander si Banksy est un artiste. On sait désormais qu’il est un vrai et brillant cinéaste. —